Rechercher dans 215647 documents

Y a-t-il une différence de nature entre l’artiste et l’artisan ?

  • Le beau et l’utile (Idée reçue n° 1)

Impossible d’affirmer péremptoirement que l’artisan vise à l’utilité, tandis que l’art tendrait à forger de belles choses.

Certains arts, qui sont considérés aujourd’hui comme mineurs, artisanaux, passèrent jadis pour de grands arts (par ex. : orfèvrerie et ivoires durant le haut Moyen Age).

Ce n’est donc pas d’après leurs productions respectives que l’on peut distinguer nettement le travail de l’artiste et celui du maître artisan.

  • Le créateur et le tâcheron (Idée reçue n° 2)

L’artisan serait-il cependant opposable à l’artiste, en ce que le premier doit subir un apprentissage assez long, au lieu que l’autre créerait sans peine, sous l’empire de l’inspiration immédiate et de ses propres dons innés ? Force est pourtant de reconnaître que tous les grands artistes, à commencer par Michel-Ange, ont travaillé d’arrache-pied.

On affirme aussi que l’artisan travaille à la tâche, sur commande, au lieu que l’air du temps serait seul responsable du fait que l’artiste traite tel ou tel sujet dans son œuvre : mais, en réalité, tous les grands artistes ont travaillé sur commande !

On ne peut donc pas dire que l’artisan est un simple tâcheron et que l’artiste est, à l’inverse, un créateur entièrement laissé à lui-même.

  • L’intellectuel et le manuel (Idée reçue n° 3)

On imagine l’artisan près de son outil ; mais on n’est pas loin de se figurer l’artiste comme un pur esprit.

On aurait bien tort de considérer que l’artisan est un homme asservi à la matière, et d’opposer celui-ci, de ce point de vue, à l’artiste. Dans l’art de la gravure, la technique du burin ne pose pas à l’artiste les mêmes difficultés techniques que celle de l’eau-forte, etc.

On ne peut donc pas, non plus, opposer l’artisan à l’artiste comme le manuel à l’intellectuel. •

How to whitelist website on AdBlocker?