Rechercher dans 215233 documents

Utilitarisme

  • Utilitarisme
    Doctrine philosophique développée par Jeremy Bentham puis John Struart Mill, et prolongée au XXe siècle toujours essentiellement dans les pays anglo-saxons. Elle postule que l’utilité est l’unique critère de la moralité individuelle et du bien-être collectif. Le principe d’utilité consiste à estimer que le bien réside toujours dans la maximisation du bonheur (conçu comme la somme des plaisirs) et dans la minimisation de la souffrance.
  • UTILITARISME

    Contrairement à la conception kantienne – selon laquelle la valeur morale de l’action ne se règle pas sur ses résultats mais sur l’intention qui l’anime -l’utilitarisme, s’inscrivant dans une tradition qui remonte à Hobbes et qui s’inspire d’Épicure, est une doctrine qui pose l’utilité comme critère ou principe de l’activité du point de vue moral : la morale utilitariste est la théorie rationnelle qui permet de déterminer les techniques assurant le maximum de bonheur individuel.

    ♦ Il s’agit en premier lieu de la doctrine de Bentham, laquelle se réduit pour l’essentiel à une arithmétique des plaisirs, c’est-à-dire à un calcul égoïste de la plus grande quantité possible de bonheur individuel, ce qui conduit d’ailleurs – par un calcul intelligent – à viser le maximum de bonheur pour le plus grand nombre.

    ♦ L’utilitarisme altruiste de Stuart Mill prend de plus en considération la qualité des plaisirs, et conclut que l’individu, par intérêt, doit finalement vouloir le bonheur de tous.
    Le libéralisme économique s’inspire de l’utilitarisme. En vertu du principe selon lequel l’homme n’est mû que par son intérêt – le bien consistant dans la recherche de cet intérêt – est admis ce qui est censé concourir à la prospérité générale, à savoir la liberté individuelle ainsi que les lois du marché et de la concurrence, alors que le rôle de l’Etat dans le jeu économique est refusé ou réduit à son strict minimum.

    A partir des principes de Bentham, qui voulait favoriser les intérêts de tous les êtres doués de sensibilité, l’utilitarisme contemporain, particulièrement en honneur dans les pays anglo-saxons, réclame le droit des animaux au bien-être. En conséquence, l’universitaire australien Peter Singer revendique la fin de l’anthropocentrisme et des privilèges accordés à l’espèce humaine.

  • utilitarisme, doctrine ou attitude morale qui considère que I’ « utile ou ce qui peut apporter le plus grand bonheur » doit être le principe suprême de notre action. — L’utilitarisme fut soutenu par J. Bentham (Londres 1748-1832), qui préconisait une « arithmétique des plaisirs » destinée à comparer méthodiquement la valeur des plaisirs et à augmenter, dans la plus grande proportion, la somme totale du bien-être de l’individu, puis par J. S. Mill (Londres 1806-1873) et la majorité des penseurs anglo-saxons. Le pragmatisme, qui considère comme « vrai » tout ce qui réussit (W. James), perpétue la tradition de l’utilitarisme. Il s’oppose au rigorisme moral de Kant, par exemple, selon lequel la valeur morale d’une action ne se mesure pas à ses conséquences (à sa réussite), mais à l’intention qui l’anime et au principe sur lequel elle se règle. La tradition de l’utilitarisme remonte à Helvétius (Paris 1715 – Versailles 1771) et surtout à Hobbes (Malmesbury, en Angleterre, 1588-1679). Elle se recommande de la philosophie d’Epicure dans l’Antiquité.
  • UTILITARISME, n. m. 1° Doctrine selon laquelle est bien tout ce qui est utile, à la fois moralement (le but est de produire le plus de plaisirs possible pour le plus grand nombre de personnes) et économiquement (le but de l’économie — libérale — est de satisfaire les besoins, largement quantifiables, des consommateurs). Les deux principaux inspirateurs de l’utilitarisme sont les philosophes anglais J. Bentham (1748-1832) et J. Stuart Mill (1806-1873). L’utilitarisme ne préconise pas un bonheur égoïste et uniquement matériel, mais son influence a contribué à légitimer toutes les conceptions économiques qui réduisent à un calcul de réalités quantifiables le bonheur de la société et la «qualité» de la vie. Le productivisme et la société de consommation sont imprégnés d’idéologie utilitariste.
    2° Esprit utilitaire; attitude des personnes qui, en tous domaines, n’envisagent les choses que dans la mesure de leur utilité immédiate. La pensée philosophique ne rapporte rien matériellement parlant : dire «à quoi ça sert, la philosophie?», c’est ainsi faire preuve d’utilitarisme dans un domaine où celui-ci est déplacé.

2 comments on Utilitarisme

  1. Ping : INTERÊT
  2. Utilitarisme

    D’après l’anglais utilitarism.

    Doctrine de Jeremy Bentham (1748-1832) et de John Stuart Mill (1806-1873), selon laquelle l’utilité, ou l’intérêt, est l’unique fondement de la morale.
    • Dans l’utilitarisme de John Stuart Mill, une action est bonne dès lors qu’elle tend à accroître le bonheur du plus grand nombre.

Comments are closed.

How to whitelist website on AdBlocker?