Rechercher dans 213222 documents

Stalinisme

Stalinisme
Seconde grande période du totalitarisme soviétique après le léninisme. Secrétaire général du Comité central en 1922, Staline prend la succession de Lénine à la tête de l’URSS en 1924 à la mort de ce dernier. Il sera au pouvoir jusqu’à sa mort en 1953. Le stalinisme correspond à la fois à la doctrine et à la pratique de l’État totalitaire de type soviétique.

STALINISME

Le terme « stalinisme » désigne la période (1929-1953) où Staline concentre tout le pouvoir en URSS, selon une doctrine et une méthode mises en œuvre par lui-même et ses émules. Le stalinisme pose une série de questions. Nikita Khrouchtchev le considère comme une déviation du communisme qui aurait violé la « légitimité » léniniste. Mais Lénine avait défini la dictature du prolétariat comme un régime qui se donne ses propres lois et repose sur la violence et, en 1922, après la fin de la guerre civile, il incitait à l’extermination massive du clergé. Cependant Lénine avait choisi en 1921, avec la NEP (Nouvelle Politique économique), de laisser une place au marché. Staline n’a, pour justifier la collectivisation agraire forcée, en 1929, qu’à reprendre les mots d’ordre d’extermination des koulaks que Lénine avait formulés en 1918, année où il ordonna, en août, l’ouverture du premier camp de concentration. Épuration de la société et du Parti naissent avec le communisme, mais le stalinisme les pousse à une intensité maximale à partir de 1933-1934 : en 1936-1937, le NKVD (police politique héritière de la Tchéka) procède à 1 370 000 arrestations et 680 000 exécutions sur les ordres du Parti.

Vision tout autre : Staline aurait réalisé une mission historique ; il ne pouvait qu’être brutal pour moderniser la Russie, transformer à marche forcée un pays agraire en société industrielle, permettant à ses successeurs d’exercer une dictature adoucie, post-totalitaire. Et l’on sauve le marxisme de l’accusation d’avoir engendré, même involontairement, le stalinisme ou le maoïsme, en reprenant les analyses de Karl Marx (1818-1883) sur le despotisme oriental : violence massive permettant l’accumulation primitive aux dépens des paysans, légitimée par le culte de l’Un. Le stalinisme relèverait d’un schéma hégélien : il aurait, par une ruse de l’histoire, accompli la rationalité en réalisant, sans le savoir, une révolution bourgeoise, au sens économique et technique. Une interprétation en termes de classes peut aussi souligner que le stalinisme serait l’effet de la montée dans le Parti-État de groupes moins prolétariens que les premiers bolcheviks. Viennent alors les analyses culturalistes : Staline, nouvel Ivan le Terrible, serait une figure répétitive dans l’histoire russe. Pourtant, le stalinisme ne peut être considéré comme spécifiquement russe : le régime de Mao Zedong a également mis sur pied un système concentrationnaire et industrialisé le pays.

La controverse la plus vive naît de l’analogie entre communisme stalinien et nazisme : la guerre contre une race ou contre une classe, le désir de créer un homme nouveau par l’eugénisme ou par le travail collectif, le système concentrationnaire, le culte du chef, la haine de l’individualisme, sont-ils des ressemblances secondaires ou deux versions d’un même phénomène, le totalitarisme, qui dominerait l’histoire du court xxe siècle (octobre 1917-1991) ?

How to whitelist website on AdBlocker?