Rechercher dans 214851 documents

SADISME

SADISME. n. m. (du nom du marquis de Sade, dont les ouvrages mettent en action des personnages pervers : leur jouissance sexuelle est liée aux sévices qu’ils font subir à leurs partenaires).
1° Perversion sexuelle dans laquelle le sujet n’éprouve de satisfaction qu’en faisant souffrir (moralement ou physiquement) son partenaire. Le sadisme résulte d’une fusion entre la violence et la sexualité ; il est souvent lié au masochisme, la même «pulsion de mort» pouvant être, dans le comportement sexuel, tournée vers soi ou vers l’autre. D’où le terme Sadomasochisme.
2° Par extension, plaisir de voir souffrir ou de faire souffrir les autres (êtres humains ou animaux). Le sadisme se mêle souvent à d’autres sentiments, à la pitié même. Voici par exemple ce que Néron déclare, à propos de Junie qu’il aime et qu’il séquestre (Britannicus, Racine) : J’aimais jusqu’à ses pleurs que je faisais couler

sadisme, perversion sexuelle caractérisée par l’érotisation de la douleur infligée à autrui.
Le sadique ne ressent d’excitation sexuelle qu’en faisant du mal à un partenaire. Dans les cas les plus graves, heureusement rares, les actes de cruauté peuvent aller jusqu’au meurtre. Le plus célèbre est celui du maréchal Gilles de Rais (1400-1440), qui fit périr de 140 à 300 enfants, selon les évaluations. Certains meurtriers, tels Jack l’Éventreur ou Peter Sutcliffe, ne
s’en éprennent qu’aux prostituées. Selon D. Cameron et E. Frazer (1988), leur motivation serait à chercher dans une relation aux femmes immature et complexe, s’enracinant dans la relation à la mère, à la fois objet d’amour et source de frustration. Le « petit sadisme » se limite à des flagellations, des morsures ou même des humiliations morales.
Certains auteurs pensent que cette perversion est constitutionnelle. Pour les psychanalystes, elle est un élément de la paire contrastée « sadisme-masochisme » et liée, en particulier, au stade sadique-anal, aux premières expériences sphinctériennes (apprentissage de la propreté), à la rébellion contre l’autorité et à l’agressivité déplacée sur autrui.


sadomasochisme, intrication des pulsions agressives dirigées contre autrui (sadisme) ou contre soi-même (masochisme) qui, selon les psychanalystes, coexistent toujours chez une même personne.
Chez certains individus, le plaisir érotique dépend des actions agressives subies ou infligées à autrui. Il existe aussi un sadomasochisme moral, différent de la déviation sexuelle, qui se manifeste dans les tortures que certaines personnes, ayant un sentiment de culpabilité, n’hésitent pas à s’infliger (elles sont, en même temps, victimes et bourreaux) pour satisfaire leur besoin de punition.

How to whitelist website on AdBlocker?