Rechercher dans 224175 documents

S'il était interdit de remettre en question la philosophie newtonienne - John Stuart Mill, De la liberté.

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : S'il était interdit de remettre en question la philosophie newtonienne - John Stuart Mill, De la liberté.. Ce document contient 1301 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format PDF sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en: Philosophie.


La formulation de Mill anticipe un critère qui sera défini plus tard par Popper : le principe de falsi-fiabilité. Selon cet auteur, une théorie est scientifique si elle accepte de se confronter à la possibilité d'être réfutée et déclarée fausse. Le raisonnement démonstratif montre ainsi toutes ses étapes, ce qui permet de le refaire et de le vérifier. Une preuve expérimentale est présentée avec un protocole préçis. Toute défaillance dans la procédure peut se repérer. Chacun peut la réeffectuer pour son compte et en constater les effets visibles.

Extrait texte du document: « Expliquer le texte suivant: S'il était interdit de remettre en questi�V la phil�lphie 1 newt�VF0VV0 l'humanité ne p�zccEo auj�c,BzE la tenir p�{c vraie en t�{o0 certitude. Les cr�!X(0l p�{c lesquelles n�zm avons le plus de garantie n'�Vo pas d'autre sauvegarde qu'une invitati�V c�Vluo0 au m�V,0 entier de pr�z0c qu'elles ne s�Vo pas fondées. Si le défi n'est pas relevé -�z s'il est relevé et que la tentative éch�z0 - n�zl demeurer�Vl assez él�i gnés de la certitude, mais n�zl aur�Vl fait de n�oc0 mieux dans l'état actuel de la rais�V humaine : n�zl n'aur�Vl rien négligé p�zi d�VV0c à la vérité une chance de n�zs atteindre. Les lices 2 restant �{0co3l n�zl p�ns espérer que s'il existe une meilleure vérité, elle sera déc�z0co0 l�claz0 l'esprit humain sera capable de la recev�Ec Entre-temps, n�zl p�ns être sûrs que n�oe0 ép�az0 a appr�(C la vérité d'aussi près que p�llE'N0 V�GN t�zo0 la certitude à laquelle peut prétendre un être faillible, et la seule manière d'y parvenir. John Stuart Mill, De la liberté. La connaissance de la tUJctrine de l'auteur n'est pas requise. Il faut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du prob/,ème @nt il est question. Corrigé Introduction S�(k0 a été c�V,TV p�{c avoir débattu sur les l�Im et les dieux de sa s�(Io Une de ses devises était p�{coYo « Je sais que je ne sais rien. >> N'y a-t-il pas là un parad�0 et par c�Vlaz0Vo une injustice? Peut-�V être accusé de n'av�Ec aucune certitude? Peut-�V interdire une remise en questi�V Ce qui supp�m0 que t�{o0 certitude pr�0Vo de l'absence de d�zo0 et de c�Vo7lo!xn. Mill dans ce texte rép�V, qu'il n'en va pas du t�zo ainsi. :Cesprit humain est sujet à de n�S'c0{l0l imperfecti�Vl mais la certitude qu'il peut �'o0VEc p�co0 sur la méth�,0 utilisée p�zc s'appr�(B0c de la vérité. Cette méth�,0 est la liberté de débat et la pratique de la c�n troverse, sur t�zo0l les questi�Vl Il met en avant, dans un premier temps et p�zi le dén�V(0f le critère de l'interdit en matière d'�_EVEns, puis d�VV0 de faç�V plus générale les rais�Vm p�{c lesquelles la seule avancée p�llE'N0 vers la vérité réside dans l'échange d'idées. 1. La philosophie : ici, au sens de théorie. 2. Les lices: lieux d'affrontements; par extension, combat d'idées....»

1.00€

How to whitelist website on AdBlocker?