Rechercher dans 382886 documents

Psychologie du travail: les obstacles à la communication

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Psychologie du travail: les obstacles à la communication. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Psychologie.

Extrait texte du document: «Nous allons ds maintenant Žtudier les obstacles ˆ la communication. Alors, ˆ partir de la parole, l’individu va transmettre des informations à un autre individu ; c’est ce qui est important ici à retenir concernant la communication. Du côté de l’idée d’obstacle, c’est donc le ou les ŽlŽments qui vont comprom ettre le bon déroulement du passage d’informations. Alors, les principaux points qui se dŽfinissent comme obstacles ˆ la communication sont : l’absence d’écoute ; les affects ; le niveau interculturel ; l’intergénération et en enfin la langue qui diffre. Premièrement, faisons un point sur l’émetteur et le/les récepteur(s) ou que l’on peut aussi appeler le locuteur et l’interlocuteur ou les interlocuteurs ; tout dépend du nombre d’individu qui communiquent. Laissons -nous l’opportunité de rester dans la sim plicitŽ et de parler seulement d’une discussion entre deux personnes. L’attitude de l’émetteur peut former un obstacle à la communication qui peut s’avérer vraiment destructrice. On peut noter que s’il a des intérêts beaucoup trop marqués accompagné d’une fermeture au débat, l’émetteur ne parviendra pas à bien s’expliquer ; et la communication sera un Žchec. De plus, la gestualitŽ et la communication non -verbale de l’émetteur joue énormément lors de l’échange. Le récepteur sera attentif aux rŽactions verbal es, bien Žvidemment, mais surtout au langage du corps de son Žmetteur. Du côté du récepteur, l’important, c’est son écoute de l’autre et sa perception du message. La perception de ce message va tomber dans un processus d’interprétation. Dans ce sens, l’éc oute de la personne qui nous parle, renforce une bonne interprétation du message c’est -ˆ-dire une interprétation conforme aux objectifs de l’émetteur. Justement, l’absence d’écoute est un obstacle à la communication. En sachant que l’écoute n’est pas le fait d’entendre une suite de sons car cela est l’audition. L’écoute se réfère alors à l’attention de l’individu. C’est -ˆ-dire que pour confirmer que l’on a bien écouté ce qui vient de se dire, on confirme que l’on a été concentré et attentif au discours de la personne qui nous parle. Savoir communiquer, c’est aussi savoir écouter ; sans cela l’échange verbal ne peut se faire. Il DSOXVLHXUVIRUPHVGpFRXWHVGpILFLHQWHVWHOOHVTXHHQWUHDXWUHVOpFRXWHKRVWLOHTXL est le fait de rester froid et d’êtr e sur la défensive sans vouloir le montrer à l’autre en plaçant comme un voile invisible entre eux ; l’écoute condescendante qui se traduit par le sentiment de supériorité envers l’autre par une intelligence et/ou une habilité pensée supérieure et l’écoute partielle, c’est -ˆ-dire que l’on n’écoute pas totalement l’autre car on pense surtout à nos arguments pour lui répondre plutôt que d’essaHUHQSUHPLHUGHOHFRPSUHQGUHGHFHIDLW...»

1.00€

Liens utiles

You cannot copy content of this page