Rechercher dans 224166 documents

Le pond mirabeau (pour TOUT savoir)

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Le pond mirabeau (pour TOUT savoir) Ce document contient 1294 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Littérature.

Extrait texte du document: « LAMARQUE Martin 1 ère S3 DEVOIR MAISON FRANÇAIS, LE PONT MIRABEAU (APOLLINAIRE) 1°/  « et nos amours », au vers 2 fait référence aux liaison amoureuses que l’auteur a pu avoir sur ce pont.  Vers 3,4 « Faut-il qu’il m’en … après la peine », peiné par la fin d’une relation amoureuse, le poète retrouve le sentiment de joie à a vue d’une nouvelle conquête.  Au vers 7 « Les mains dans les mains restons face à face » est une expérience et posture personnelle d’Apollinaire.  « L’amour s’en va comme cette eau courante », il a du subir un chagrin d’amour.  Les amours brisés ne reviennent jamais au vers 19 et 20 « Ni temps passé Ni les amours reviennent ».  Le refrain est répété, l’auteur est toujours présent malgré le temps qui passe. 2°/ Champ lexical de l’eau : -« coule » (V.1) -« la Seine » (v.1) -« l’onde » (v.10) -« cette eau courante » (v.13) Le thème de l’eau est le départ d’une autre réflexion : l’idée de passage, de continuité. L’eau joue un rôle important dans le poème, elle est le symbole du temps qui passe, de la vie, de l’amour. 3°/ La suppression de toute ponctuation donne au poème un mouvement sans contrainte qui s’accorde parfaitement avec l’image de l’eau qui coule. Cette idée est renforcée par la forme des strophes , elles nous évoquent un sablier qui illustre la fuite inéluctable du temps. Les strophes pourraient représenter le pont, et les refrains l’eau qui coule. La forme du poème en son intégralité reproduit quelque chose qui coule, il dessine le fleuve, le Seine en alternant les vers longs et les vers courts. De plus on constate une répétition du refrain après chaque quatrain, cela montre le temps qui s’écoule, le cycle de la vie. 4°/ On peut relever les verbes couler, passer et venir (revenir) appartenant au champ lexical du mouvement (ils illustrent la marche du temps) ainsi que les verbes être et demeurer, qui eux, en opposition marque l’immobilité du poète. Ces verbes sont placés de manière à donner du rythme au poème, « Vienne la nuit sonne l’heure ». 5°/ La musicalité des vers suggère la régularité. Au plan rythmique, on observe l’alternance de quatrains en vers pairs et de distiques en vers impairs. L’alternance entre la force du vers pair et l’instabilité de l’impair revoie au balancement du mouvement d’une horloge. La succession des rimes suivant le schéma ABAA CC mime le son d’une horloge. La répétition du verbe « sonne » colle à l’image d’une horloge et les mots « heure » et « jours » sont en adéquation avec l’évocation du temps qui passe....»

1.00€

How to whitelist website on AdBlocker?