Rechercher dans 382889 documents

Le sport, synonyme d’intégration ou d’exclusion ?

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Le sport, synonyme d’intégration ou d’exclusion ? Ce document contient 1003 mots soit 2 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Sports et Loisirs.

Extrait texte du document: «FRANÇAIS Avec l’évolution des loisirs dans la société, le sport tient aujourd’hui une place importante. On peut notamment évoquer qu’il passionne de plus en plus de personnes. Chaque match est une occasion de rassemblement de supporters. Cependant, nombreuses sont les disciplines au cours desquelles des compétitions ont lieu entre les équipes. C’est pourquoi, on peut se demander si le sport est synonyme d’intégration ou d’exclusion. Avant de considérer le sport comme un facteur d’intégration, on analysera le sport comme un facteur hiérarchique. Le sport peut être considéré comme un loisir, cependant il amène souvent à la compétition entre deux équipes. La compétition est une recherche simultanée par plusieurs personnes afin d ' atteindre un même objectif . En effet, l’affiche publicitaire pour le match de rugby au Stade de France, « Racing Metro 92, Stade Toulousain » du 26 mars 2011 nous montre la férocité des deux équipes à défendre leurs couleurs. Par ailleurs, l’essai de Jacques DEFRANCE, Sociologie du sport paru en 2006, chapitre III. © La Découverte, nous explique que la compétition est un spectacle rentable du fait de sa médiatisation. Par conséquent, la compétition est une obligation du sport du fait de l’engouement médiatique. Mais, la compétition peut-elle avoir lieu qu’avec soi-même ? La compétition semble être un sentiment éprouvé par deux équipes et pourtant on peut ressentir une sensation compétitive envers soi-même. En effet, certain sportif ressentent l’envie de dépasser leurs limites. Albert JACQUARD, dans son essai intitulé Abécédaire de l’ambiguïté. De Z à A ; des mots, des choses et des concepts paru en 1989, « S comme sport », coll. « Point virgule ». © Le Seuil, nous explique qu’une compétition à lieu avec un compétiteur digne de soi, soi-même. De plus, dans le rapport officiel du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) pour les sciences de la vie et de la santé, rendu l’avis n°81 en novembre 2008, est dit que le sportif est toujours à la recherche de dépassement de ses propres performances. Ainsi, la compétition avec soi-même n’apporte que pression et frustration. Dans ce cas, n’est-il pas légitime de penser que l’esprit de compétition est naturel ? 1...»

1.00€

You cannot copy content of this page