Rechercher dans 382888 documents

Eugénie Grandet: arrivée du cousin d’Eugénie, Charles

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Eugénie Grandet: arrivée du cousin d’Eugénie, Charles. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Littérature.

Extrait texte du document: «Analyse Eugénie Grandet Eugénie Grandet écrit par Balzac, romancier du 19ième siècle, publie ce roman en 1833. Appartenant au grand ensemble de la Comédie humaine. Balzac fournit le modèle du roman réaliste. Ce texte se situe au moment de l’arrivée du cousin d’Eugénie, Charles, qui débarque de Paris à l’occasion de l’anniversaire de la jeune fille. La vue de jeune homme, richement vetu, est pour Eugenie une véritable révélation. A la lecture de ce texte, nous nous demanderons comment dans cette scène de coup de foudre réaliste, le narrateur porte un jugement sur ses personnages. Afin de répondre à cette question, nous évoquerons le portrait d’un amour naissant, avant d’analyser le jugement du narrateur. I) Le portrait d’un amour naissant a) Eugénie tombe amoureuse Dès le début du texte, on remarque qu’Eugénie idéalise Charles, elle utilise la comparaison ange : “crut voir en son cousin une créature descendue de quelque région séraphique”. De plus, “respirait avec délices les parfums exhalés par cette chevelure si brillante, si gracieusement bouclée” nous montre que la femme est obsédée par son cousin, et va donc jusqu’à remarquer les plus petits détails, qu’elle idéalise,l’anaphore « si » est un adverbe d’intensité, exageration de la beauté. “Elle aurait voulu pouvoir toucher la peau blanche de ces jolis gants fins. Elle enviait les petites mains de Charles, son teint, la fraîcheur et la délicatesse de ses traits” les phrases si allongent ce qui montre le désire . Elle décrit Charles en dressant un portrait mélioratif. “la vue de son cousin fit sourdre en son cœur les émotions de fine volupté”: cet amour est progressif, c’est-à-dire que plus elle le voit, plus elle tombe amoureuse. “ce joli ouvrage fait avec amour pendant les heures perdues pour l’amour”: elle idéalise tellement l’amour qu’elle va jusqu’à gaspiller du temps pour lui. Puisqu’elle ne peut vivre cet amour dans la vraie vie, elle se réfugie dans ses rêves, avec la métaphore :elle dut rêver longtemps à ce phénix des cousins” b) Mais cet amour n’est pas réciproque Charles ne ressent pas la même chose qu’Eugénie, et sa réaction en dit gros sur ce qu’il pense d’elle: “Les manières de Charles, ses gestes, la façon dont il prenait son lorgnon, son impertinence affectée, son mépris pour le coffret qui venait de faire tant de plaisir à la riche héritière et qu’il trouvait évidemment ou sans valeur ou ridicule”. Il est méprisant et sans coeur devant une jeune fille attendrissante et amoureuse....»

1.00€

You cannot copy content of this page