Rechercher dans 224668 documents

Diderot: La relativité des valeurs morales

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Diderot: La relativité des valeurs morales. Ce document contient 1223 mots soit 2,5 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« Diderot s'interroge sur la constitution de nos connaissances en analysant la perception d'un aveugle qu'il compare à celle des voyants. Il montre que nos idées sont liées à la conformation de notre corps.
Extrait
Comme je n'ai jamais douté que l'état de nos organes et de nos sens n'ait beaucoup d'influence sur notre métaphysique et sur notre morale, et que nos idées les plus purement intellectuelles, si je puis parler ainsi, ne tiennent de fort près à la conformation de notre corps, je me mis à questionner notre aveugle sur les vices et sur les vertus. Je m'aperçus d'abord qu'il avait une aversion prodigieuse pour le vol ; elle naissait en lui de deux causes : de la facilité qu'on avait de le voler sans qu'il s'en aperçût; et plus encore peut-être, de celle qu'on avait de l'apercevoir quand il volait. Ce n'est pas qu'il ne sache très bien se mettre en garde contre le sens qu'il nous connaît de plus qu'à lui, et qu'il ignore la manière de bien cacher un vol. Il ne fait pas grand cas de la pudeur : sans les injures de l'air dont les vêtements le garantissent, il n'en comprendrait guère l'usage, et il avoue franchement qu'il ne devine pas pourquoi l'on couvre plutôt une partie du corps qu'une autre, et moins encore par quelle bizarrerie on donne entre ces parties la préférence à certaines que leur usage et les indispositions auxquelles elles sont sujettes demanderaient que l'on tînt libres. [...]
Tant nos vertus dépendent de notre manière de sentir, et du degré auquel les choses extérieures nous affectent !
Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient, in Diderot Œuvres, Gallimard, La Pléiade, 1951. ...»

Extrait texte du document: « Diderot 1713 -1784 « Si la raison est un don du del, et que fün puisse en dire autant de la foi, le ciel nous a fait deux présents incompatibles et contradictoires. ,. Addition awc pensAes philosophiques Éléments de biographie t Une ute de bohème Denis Diderot suit des études en vue de devenir prêtre, puis étudie le droit à la Sorbonne. Il interrompt ses études pour mener une vie de bohème. Il se lie avec Rousseau qui lui fait rencontrer Condillac. En 1747 naît le projet de l'Encyclopédie, dont il dirigera la rédaction avec d'Alembert jusqu'en 1766. t La lutte contre la censure Il écrit nombre d'ouvrages, philosophiques et littéraires, dont les Pensées sur l'interprétation de la natu� (1753), Le Rêve de d'Alembert (1769), et Jacques le fataliste (1771). La Lettre sur les aveugles, parue en 1749, lui vaut d'être arrêté et emprisonné. En effet, d'abord déiste! , il tend de plus en plus vers un matérialisme athée condamné par l'�glise. Sa vie est marquée par une lutte courageuse et tenace contre la censure. Thèses essentielles Le matérialisme athée de Diderot se fonde sur l'idée de Natu� comprise comme totalité dynamique vivante et féconde. Réfutant l'idée d'une intelligence divine ordonnatrice du monde, la pensée de Diderot est représentative de l'esprit critique des Lumières qui accorde toute confiance au progrès. t la suprématie de l'expérience scientifique Diderot, passionné par les sciences, voit en l'expérience sc�HpXL|H le moyen par lequel doit se constituer la connaissance. Il rejette le critère cartésien de l'évidence. La philosophie doit prendre modèle sur les sciences pour parvenir à des résultats positifs. 1. Déisme : position qui affirme l'existence d'un �tre divin inconnaissable et rejette tout dogm e révélé....»

1.00€

How to whitelist website on AdBlocker?