Rechercher dans 220108 documents

Berkeley: « Être, c'est être perçu»

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Berkeley: « Être, c'est être perçu». Ce document contient 2523 mots soit 5 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« ...»

Extrait texte du document: « Berkeley ■ Indications générales George Berkeley (1685-1753), évê�eJ de Cloyne, a proposé une théorie métaphysi�ee provocante et originale appelée I' « immatéria• lisme». Partant de l'empirisme, Berkeley consi­ dère toute notion abstraite comme une illusion: seules existent les choses singulières; mais celles-ci ne sont connues par nous �eJn tant �eRVAOJb}^KURwKa à d'autres images. ■ Citation «Je dis que la table sur laquelle j'écris existe, c'est­ à-dire que je la vois et la touche; et si je n'étais pas dans mon bureau,je dirais que cette table existe, ce par quoi j'entendrais que, si j'étais dans mon bureau je pourrais la percevoir; ou bien que quelque autre esprit la perçoit actuellement. [ .. ] L'esse (être) de ces choses-là, c'est /eurpercipi (être perçu); et il n'est pas possible qu'elles aient une existence quelconque en dehors des esprits ou des choses pen­ santes qui les perçoivent». (Les Principes de la connaissance humaine, 1710, § 3.) ■ Explication Quoi�eJ d'apparence paradoxale, l'idée de Berkeley est d'après lui, une simple �eJbdRYn de bon sens: notre rapport aux choses est tou• jours un rapport de représentation. Dire �eeWJ chose existe, c'est dire �eYW la per­ çoit, ou �eL}UYW pourrait la percevoir. ■ Principales notions concernées la conscience; la perception; la raison et le réel; la matière et l'esprit. Voir aussi les re pères I essentM /accidentel; idéal/ réel; oijectif/ suijectif. ■ Exemple d'utilisation Le texte de Berkeley est exemplaire pour toute réflexion sur les rapports entre la conscience* « Être, c'est être perçu» et le réel. C'est le problème de la distance infranchissable entre les deux �eRU cherche précisément à résoudre. En effet, si l'on pose, comme Descartes, �eJ le corps et l'esprit sont deux réalités distinctes, on a ensuite beau• coup de mal à résoudre la �eJadRYW de la pos­ sibilité de la connaissance. Car comment l'esprit peut-il franchir la distance �eR le sépare du corps? Une telle difficulté fa vorise le scepticisme. D'où l'idée de Berkeley �ee« la matière» n'existe pas: c'est une abstraction, un simple mot �eR nous fait croire �eRU est le signe de �eIUue chose de réel, d'une sub­ stance matérielle; alors �eJW}MARd il n'y a pas de substance matérielle: il n'y a �eI des per­ ceptions. L'esprit n'a donc pas de distance à franchir pour connaître le monde, puis�eRUa sont de même nature. SUJET TYPE: La perception permet-elle la connaissance? ■ Contresens à ne pas commettre Lors�eJ Berkeley dit �eJ la matière n'existe pas, il ne dit pas �eJ tout n'est �eRUUebRYW Au contraire, c'est pour combattre le scepticisme et l'incrédulité religieuse des matérialistes �eJ Berkeley écrit. Ce n'est pas parce �eJ les choses sont des idées �eJUUIa ne sont pas réelles. On peut très bien distinguer, en parti­ culier, les perceptions �eR sont reliées entre elles de fa çon régulière, en produisant une correspondance entre la vue et le toucher, et les perceptions déréglées �eR sont celles de l'imagination et du rêve. ■ Autres fiches à faire vous-même Le nominalisme; Dieu; ...»

1.00€

How to whitelist website on AdBlocker?