Rechercher dans 223050 documents

LUIS DE GRANADA (Luis de Sarria)

LUIS DE GRANADA (Luis de Sarria). Prédicateur et théologien mystique espagnol. Né à Grenade (Andalousie) en 1504. mort à Lisbonne le 31 décembre 1588. D’humble origine, il perdit son père à l’âge de cinq ans et fut engagé comme page du comte de Tendilla et compagnon d’études de ses fils. Le 15 juin 1525, il prononça ses vœux chez les dominicains dé Grenade, étudia au collège Saint-Grégoire de Valladolid (1529-1534), puis, de 1534 à 1545, résida dans un monastère près de Cordoue. Luis dut connaître, à cette époque, le bienheureux Juan d’Avila dont il a écrit la vie. Prieur du couvent de Palma del Rio (1546.) et, l’année suivante, confesseur et prédicateur du duc de Medinaceli, puis de nouveau prieur à Badajoz, ce fut dans ce monastère que Luis composa le Guide des pécheurs , œuvre de pur ascétisme, publiée pour la première fois à Lisbonne en 1556, et dédiée à Philippe IL En 1555, le cardinal infant don Henri, archevêque d’Evora, devenu par la suite roi de Portugal, l’appela auprès de lui comme confesseur. Provincial des dominicains portugais de 1556 à 1560, il fut, à Lisbonne, le confesseur de la reine Catherine. La souveraine, devenue régente pendant la minorité de don Sébastien, lui offrit en vain l’archevêché de Braga. Maître en théologie (1562), Luis prêcha en 1581 devant Philippe II De 1572 à 1585, il publia les cinq parties de son Introduction au symbole de la foi, le plus vaste de ses ouvrages. Impressionné de voir condamner par le Saint-Office Marie de la Visitation, une religieuse de son ordre qui, dans un but politique, avait simulé des phénomènes mystiques dont il approuvait l’esprit et qu’il croyait être vrais, il rédigea le fameux Sermon des tombés, publié le 17 décembre 1588, peu de jours avant sa mort. Ses œuvres, au nombre desquelles figurent également la Rhétorique ecclésiastique [Rhetorica ecclesiastica], écrite en latin, le Mémorial de la vie chrétienne (1561), composé pour la princesse Maria de Portugal, le Traité de l’oraison et de la méditation et quelques traductions de saint Jean Climaque et de Thomas A Kempis, furent vivement louées par le pape Grégoire XIII. Les Œuvres de Luis de Granada ont été traduites en français et publiées à Paris en 22 volumes entre 1862 et 1868.

Liens utiles

How to whitelist website on AdBlocker?