Rechercher dans 223082 documents

LUCIFER, évêque de Cagliari en Sardaigne

LUCIFER, évêque de Cagliari en Sardaigne. Le lieu et la date de sa naissance sont incertains; il est mort à Cagliari, nommée alors Calaris, en 370 ou 371. L’un des plus âpres adversaires de l’arianisme; mais son manque de mesure et son mépris de la culture amoindrirent beaucoup le prestige de son appui à la cause d’Athanase, et le menèrent à de graves erreurs. Avec Eusèbe de Verceil, il fit partie de la mission envoyée à Constance par le pape Libère, en 354, pour obtenir un synode qui remédiât à l’échec de celui d’Arles de 353. Ainsi fut réuni le Synode de Milan de 355, où Lucifer et d’autres évêques résistèrent à Constance, qui était décidé à condamner Athanase. Lucifer, avec Denys de Milan et Eusèbe de Verceil, fut envoyé en exil. Pendant six ans, il vécut en Syrie, Palestine et Thébaïde. A la suite de l’édit de Julien de 361, il pouvait s’apprêter, en 362, à rentrer dans sa patrie; c’est alors qu’il commit l’imprudence la plus néfaste de sa vie : il consacra évêque, à Antioche, Paulin, le chef des eustathiens, c’est-à-dire des antiariens les plus inflexibles, contribuant ainsi à compliquer le schisme qui divisait les chrétiens d’Antioche. Trois courants s’opposaient : les eustathiens, les partisans de l’évêque Mélèce, suspect d’arianisme, et les ariens plus rigoureux. Le Synode d’Alexandrie, de cette même année 362 qui vit rentrer dans l’orthodoxie Mélèce et une partie des ariens, ne réussit pas à aplanir le schisme. Les eustathiens, forts de l’appui donné par Lucifer à Paulin, ne voulurent pas reconnaître Mélèce. Le désordre déjà grand fut aggravé par les excès rigoristes de Lucifer, qui n’acceptait pas les décisions du Synode d’Alexandrie et qui, ayant abandonné Athanase et l’Eglise, fonda une secte qui eut quelque fortune au IVe siècle. Toutes les œuvres de Lucifer ont une intention polémique. De l’exil où elles furent écrites, elles visent les héritiques et leur protecteur Constance : Il ne faut pas communiquer avec les hérétiques [De non conveniendo cum haereticis], Des rois apostats [De regibus apostaticis], Pour saint Athanase [Pro sancto Athanasio], De l’impossibilité de pardonner ceux qui sont coupables envers Dieu [De non parcendo in Deum delinquentibus], Il faut savoir mourir pour le Fils de Dieu [Moriendum esse pro Dei Filio], etc., dans les Opuscules antiariens.

Liens utiles

How to whitelist website on AdBlocker?