Rechercher dans 205897 documents

FÉTICHISME

FÉTICHISME. n. m. 1° Sens propre : culte des fétiches, c’est-à-dire des objets sacrés auxquels les religions animistes attribuent des pouvoirs magiques.
Sens figuré : admiration excessive ou attachement exagéré, à l’égard d’une personne, d’un objet ou d’une chose qu’on vénère. Le fétichisme d’un collectionneur. Selon Marx, la société capitaliste est hantée par le fétichisme de la marchandise, à laquelle elle attribue une valeur mystique. Le sport souffre actuellement d’un véritable fétichisme de la performance.
Sens psychanalytique : déviation sexuelle qui conduit le sujet à vouloir satisfaire son désir sur des objets partiels, plus ou moins liés à la personne de l’être aimé (un élément du vêtement, une chaussure, le pied, etc.). Une fixation fétichiste sur le soutien-gorge. Le fétichisme du genou.

Le fétichisme est une déviation sexuelle consistant à associer dans l’acte sexuel ce qu’on appelle un fétiche, qui peut être un objet, une partie du corps (cheveux, main, pied), ou même une odeur, un son, etc.
Pour Freud, le fétiche représente le pénis manquant de la mère, dont il est le signifiant, dira Lacan. Le fétichisme suppose un déni de la castration en ce que le fétiche représente ce dont le sujet n’a jamais voulu admettre l’absence, le pénis de la femme.