Rechercher dans 214549 documents

EGO / EGOÏSME

EGO (lat. ego, [pronom personnel] je, moi)

Interprétant la formule cartésienne ego cogito, on a fait du pronom personnel latin ego un substantif : « ego », qui désigne le moi comme sujet et non pas l’individu particulier.

Ego transcendantal

Chez Husserl, l’ego, conscience ou sujet, est «transcendantal» en ce qu’il existe indépendamment de l’expérience, du monde. Sans lui, les objets ne pourraient pas «exister».

Égoïsme

Du latin ego, «moi». Terme créé par les jansénistes de Port Royal. Attitude consistant à agir en recherchant uniquement son intérêt personnel. La morale classique condamne ce trop grand amour de soi.

EGO. n. m. (du latin ego, moi, je). L’ego est le moi, le sujet en tant que tel, le noyau central de la conscience. Le terme est employé en philosophie, en psychanalyse, et de plus en plus, dans le langage courant.
Par ailleurs, ce mot a servi de racine dans la constitution de plusieurs mots connus : Égocentrisme (tendance excessive à se centrer sur soi, dont l’antonyme est le mot Allocentrisme), Égoïsme (amour excessif de soi et de ses intérêts, dont l’antonyme est le mot Altruisme), Égotisme (attitude volontaire d’analyse de soi et de culture de son « ego », — mot mis à l’honneur par Stendhal).

EGO, EGO TRANSCENDANTAL

Le pronom personnel latin ego désigne, depuis le Cogito cartésien, le moi comme sujet et intimité.
Husserl utilise l’expression « ego transcendantal » pour évoquer le sujet lui-même comme indépendant de toutes ses opérations aussi bien que de la conscience qu’il en prend ordinairement. L’accès à ce moi pur ne peut se faire qu’au terme de la réduction éidétique ou épochè par laquelle le rapport au monde extérieur est lui-même suspendu.

2 comments on EGO / EGOÏSME

Comments are closed.

How to whitelist website on AdBlocker?