Rechercher dans 215647 documents

DÉCADENCE

DÉCADENCE. n. f Ruine progressive, déclin d’une réalité sociale, morale, politique. Une période de décadence. La décadence de l’Empire romain. Grandeur et décadence d’un personnage qui fut célèbre.


Les décadents : écrivains et artistes de la fin du XIXe siècle qui se sentaient pris dans une époque de décadence et voulaient en exprimer le désenchantement.


Terme désignant des écrivains de la fin du XIXe siècle qui, par réaction envers leur époque, recherchaient une esthétique particulièrement raffinée.

Commentaire


En réaction contre la société bourgeoise de la IIe République qui triomphait dans les années 1880-1900, les décadents revendiquèrent leur marginalité. Baudelaire leur avait certes ouvert la voie, mais ce furent surtout des écrivains comme Huysmans qui affirmèrent alors leur désir de «secouer les préjugés », en même temps que celui d’innover. Préférant l’artifice à la réalité matérielle, les décadents cultivèrent un exotisme de mirage, un goût pour le bizarre et le chatoyant, que l’on retrouve dans, les réussites poétiques de Mallarmé ou encore dans les Fêtes galantes, de Verlaine. On parle aussi de peinture décadente : Gustave Moreau, par exemple, dans ses thèmes récurrents, mêle, en une rare élégance, les êtres ambigus, têtes d’ange ou d’Orphéé, d’Ophélie peut-être, nageant au gré des eaux. Jugés longtemps comme une anecdote de l’histoire de l’art, les décadents, dont l’influence directe se fit sentir dans les cénacles très fermés jusque dans les années 1930, sont à présent considérés comme des précurseurs de l’art moderne.


Citation


Après les fleurs factices, singeant les véritables fleurs, il voulait des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses. J…] Ses tendances, vers l’artifice,. ses besoins d’excentricité […], c’étaient, au fond, des transports, des élans vers un idéal, vers un univers inconnu, Vers une béatitude lointaine… (Joris-Karl Huysmans, A rebours, 1884.)

How to whitelist website on AdBlocker?