Rechercher dans 215233 documents

Article (nom masc.)

+ article défini
Parmi toutes les catégories d’articles existant dans la langue française, l’article défini est celui qui détermine le nom avec le plus de précision. Dans cette fonction, il se rapproche parfois de l’adjectif possessif ou démonstratif (ex. 1). On le trouve quel-quefois devant un nom propre (ex. 2 et 3).
Exemples
1. Quand notre ouvrage fut achevé, nous transportâmes la beauté dans son lit d’argile. Hélas, j’avais espéré de préparer une autre couche pour elle ! (François René de Chateaubriand, Atala.)
2. Et, furieux, il se précipite à la poursuite de la Goualeuse. (Eugène Sue, les Mystères âe Paris.)
3. La Callas.
Commentaire
L’article défini individualise et isole le nom. Ce faisant, il lui donne un relief particulier, surtout quand il s’agit d’un terme abstrait. Devant un nom propre, il prend une connotation familière (ex. 2) ou, au contraire, emphatique (ex. 3).
+ article indéfini
L’article indéfini est un déterminant du nom commun. Son rôle est essentiellement grammatical. On le trouve quelquefois devant un nom propre.
Exemples
1. Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même.
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.
(Paul Verlaine, Poèmes saturniens, «Mon rêve familier».)
2. Moi, «les Fruits d’or», j’ai trouvé ça d’un drôle… J’ai ri. (Nathalie Sarraute, les Fruits d’or.)
3. Cela n’empêche pas qu’il est insupportable d’être commandé par UN Coquereau, UN Jean-Jean, UN Moulins, UN Focart, UN Bouju, UN Chouppe! (Victor Hugo, Quatrevingt-Treize.)
Commentaire
L’article indéfini passe souvent inaperçu en raison même de son imprécision. Dans certains cas, ce flou peut projeter une lueur mystérieuse sur la phrase (ex. 1). Devant un nom commun ou un adjectif employé comme nom, il produit un effet d’emphase (ex. 2). Devant un nom propre, il a une valeur méprisante ou laudative, selon le cas (ex. 3).
+ absence d’article
En français moderne, le nom est toujours précédé d’un déterminant. Aussi l’absence d’article répond-elle au choix stylistique d’un auteur. On notera toutefois qu’elle apparaît principalement dans les descriptions et dans les énumérations.
Exemples
1. Il dit: «Je n’aime pas les femmes. L’amour est à réinventer, on le sait. Elles ne peuvent plus que vouloir une position assurée. La position gagnée, cœur et beauté sont mis de côté : il ne reste que froid dédain, l’aliment du mariage, aujourd’hui. » (Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, «Délires».)
2. Il avait pitié d’une mère méchante pour les petits enfants. — Il s’en allait avec des gentillesses de petite fille au catéchisme. — Il feignait d’être éclairé sur tout, commerce, art, médecine. — Je le suivais, il le faut! (Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, «Délires».)
Commentaire
L’absence d’article tend à transformer un nom abstrait en allégorie (ex. 1). Dans la description et l’énumération, elle renforce la signification du nom tout en raccourcissant le rythme de la phrase (ex. 2).

How to whitelist website on AdBlocker?