Rechercher dans 210449 documents

AÏAS ou AJAX

AÏAS ou AJAX. 1. Fils de Télamon de Salamine et de Péri-boea, et demi-frère de Teucer. Son nom rappellerait l’aigle (aietos) que son père aurait vu quand, avant sa naissance, Héraclès avait prié Zeus de donner un fils courageux à son ami.
Dans L’Iliade, après Achille, Ajax est le combattant le plus vaillant et le plus fort parmi les guerriers grecs ; muni de son lourd bouclier, il s’avance tel une tour, dans la bataille. Il parle peu et lentement, mais il a un bon cœur et un formidable courage. Il combat souvent aux côtés de son demi-frère Teucer, l’archer, qui tirait à l’abri de son bouclier, et aux côtés de l’autre Ajax. Il est le rempart des Grecs et il protège souvent les arrières dans les moments critiques. Il fut l’un des prétendants d’Hélène, lesquels s’étaient engagés à défendre celui d’entre eux qui deviendrait son mari. Il partit de Salamine à la tète de douze vaisseaux, sa contribution à l’armée grecque. Sa vaillance personnelle dépasse de loin la puissance de son contingent. Il se battit en duel contre Hector et allait l’écraser sous un rocher, mais la nuit survint et sépara les combattants. Ils échangèrent des présents, Hector donnant une épée et Ajax un ceinturon pourpre. Quand les Grecs envoyèrent une ambassade auprès d’Achille pour l’exhorter à reprendre le combat, Ajax, qui était un de ses proches amis, en fit partie; il laissa cependant la parole à Ulysse. Le lendemain, Ulysse étant en difficulté et blessé, Ajax vint à son secours. Lorsque les Troyens atteignirent les murs qui défendaient les bateaux amarrés, les deux Ajax firent de la bonne besogne ; ils sauvèrent Ménesthée et repoussèrent l’assaut des Troyens. Lorsque ceux-ci attaquèrent la flotte, Ajax prit la tête de la défense grecque : il arpentait le pont des navires, brandissant une énorme perche et devenant la cible de nombreux projectiles. Cependant, il ne put empêcher l’ennemi d’incendier un bateau. La situation ne fut sauvée que par l’intervention opportune de Patrocle et des Myrmidons. Quand Patrocle fut tué et que son armure fut arrachée par Hector, Ajax couvrit le corps de son bouclier. Pendant les jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, Ajax prit part à plusieurs compétitions ; il fut l’adversaire d’Ulysse à la lutte et fut battu par Diomède au lancer du javelot. Plus tard, quand Achille fut tué par Pâris, Ajax ramena son corps dans le camp des Grecs ainsi que son armure, pendant qu’Ulysse tenait l’ennemi en échec. On connaît plusieurs versions de sa mort. La plus célèbre est évoquée dans L’Odyssée et développée dans la pièce de Sophocle Ajax. Après la mort d’Achille, une dispute éclata pour savoir à qui reviendrait son armure, qu’A-jax et Ulysse se disputaient. Les autres chefs s’en remirent au vote ou, selon certains, au choix d’Hélénos, le devin Troyen captif. Toujours est-il que l’armure revint à Ulysse. Pour se venger, Ajax projeta d’attaquer pendant la nuit ses alliés, mais Athéna le rendit fou et, à la place, il massacra un troupeau de moutons. Quand il revint à lui, accablé de honte et de remords, il se jeta sur l’épée qu’il avait reçue d’Hector. Du sang qui avait coulé de sa blessure sur le sol (ou peut-être dans sa patrie, Salamine) naquit la jacinthe, dont les pétales ont la forme des lettres A I, les premières de son nom, et qui signifient aussi «(hé)las!». On dit aussi que, lors du naufrage d’Ulysse, pendant ses pérégrinations, l’armure d’Achille fut rejetée à la côte jusqu’à la tombe d’Ajax, en Troade ; ainsi les dieux, en fin de compte, rendirent justice à Ajax et lui octroyèrent l’objet du litige. Après sa mort, Agamemnon et Ménélas refusèrent tout d’abord de lui donner une sépulture en raison des fautes qu’il avait commises pendant sa folie. Mais Ulysse réussit à les adoucir.
Selon une autre tradition, il fut tué de la même façon qu’Achille d’une flèche décochée par Pâris. Ou encore, il fut enterré vivant par les Troyens, car Héraclès l’avait rendu invulnérable, en l’enveloppant dans sa peau de lion quand il était enfant. D’autres enfin disent qu’il fut assassiné par Ulysse.
Ajax eut un fils, Eurysacès («bouclier large») de sa concubine Tecmessa, qu’il avait prise lors d’une bataille contre les Phrygiens. Ce fils succéda à Télamon sur le trône de Salamine.

2. Fils d’Oilée d’Oponte, en Locride. Il figure parmi les prétendants d’Hélène. Dans L’Iliade, il tient une place importante, mais, bien qu’il ait souvent combattu aux côtés d’Ajax, le fils de Télamon — probablement en raison de son homonymie —, il est très différent de celui-ci. Le fils d’Oilée est petit, rapide et très habile au javelot. Revêtu d’une cuirasse de lin, il conduisit à Troie un important contingent de quarante vaisseaux. Son caractère est aussi très différent de celui d’Ajax, fils de Télamon : il est arrogant, vaniteux, impie, particulièrement à l’égard d’Athéna. Lors des jeux funèbres de Patrocle, il fit gratuitement affront à Idoménée durant la course de chars. Pendant la course à pied qu’il aurait dû gagner, Athéna lui enleva la victoire et la donna à Ulysse, alors qu’Ajax glissait sur de la bouse de vache et injuriait la déesse pour sa traîtrise.
Après le sac de Troie, Ajax amena le désastre sur lui et sur les Grecs : voulant arracher Cassandre à la statue d’Athéna pour la violer, il précipita à terre la statue elle-même. L’image de la déesse gisait sur le sol, les yeux détournés vers le ciel comme pour éviter ce spectacle outrageant. Les Grecs voulurent le tuer pour cet outrage, mais à son tour il s’agrippa à la statue qu’il avait renversée, et les Grecs n’osèrent le toucher.
Athéna décida de punir Ajax pour ses crimes ainsi que les autres chefs grecs, qui avaient négligé de le faire. Pendant que la flotte grecque s’en retournait, elle demanda à Zeus d’envoyer une forte tempête qui détruisît les navires, au large du cap Capharée, au sud de l’île d’Eubée. Athéna elle-même foudroya et fit couler le bateau d’Ajax, mais celui-ci, se vantant d’avoir bravé la colère des dieux, nagea jusqu’au rivage et survécut. Il se hissa sur un rocher appelé «Gyrée» que Poséidon fit éclater d’un coup de trident, noyant Ajax.
Après sa mort, selon une tradition, Ajax fut enterré par Thétis dans l’île de Myconos ; mais Athéna, dont la colère n’était pas apaisée, frappa de la peste Locres, la patrie d’Ajax. Les Locriens interrogèrent l’oracle de Delphes et il leur fut répondu que deux vierges devaient chaque année être envoyées pour servir dans le temple d’Athéna ; les jeunes filles devaient y parvenir à l’insu des habitants, qui les tueraient s’ils les voyaient. Les anciens Locriens affirment que cette coutume fut respectée pendant mille ans.

1 comment on AÏAS ou AJAX

  1. AJAX
    Héros de la guerre de Troie.
    En fait, il existe deux personnages de ce nom. Le plus célèbre a un différend avec Ulysse. Le bouillant Achille vient de succomber sous les traits de Pâris et les rois hésitent sur de l’attribution de son armure, forgée spécialement par Héphaïstos.
    Le sort penche pour Ulysse et Ajax, pris de folie furieuse, frappe à mort un bélier qu’il prend pour son rival. Puis revenu à la raison et honteux de son geste, il se suicide. Les Grecs l’enterreront, lui refusant l’honneur du bûcher.

Comments are closed.

How to whitelist website on AdBlocker?